BIOGRAPHIE

Jean-Eugène Robert-Houdin se passionna pour la prestidigitation à un tel point, que comme nous le savons, elle fut classée grâce à lui, au rang des Arts. Alors qu'il passait déjà pour un mécanicien de talent, son esprit inventif était sans cesse au travail, il songeait à la création d'un cabinet de curiosités mécaniques, jointes à des représentations de prestidigitation. Son projet était de construire une série d'appareils devant produire, avec l'aide de l'électricité aux possibilités peu connues du public, des effets d'illusion. En 1845, Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871) sort la prestidigitation du "Moyen Age" et crée son célèbre Théâtre et ses "Soirées Fantastiques". Malgré une carrière artistique exceptionnellement courte (neuf années, dont à peine sept consacrées à son théâtre), mais marquée, il est vrai, pendant plus d'un demi-siècle après sa mort par la notoriété jamais démentie du théâtre qui portait son nom, Robert-Houdin, promoteur de la prestidigitation moderne, laisse son empreinte indélébile dans le monde entier à un art auquel il a donné toutes ses lettres de noblesse.


CHRONOLOGIE

  • 7 décembre 1805 : Naissance de Jean-Eugène Robert à Blois.
  • 1827 : Une erreur d'un libraire fait naître sa vocation. En voulant se procurer le Traité d'Horlogerie de Berthoud, Robert-Houdin se retrouve chez lui avec le Dictionnaire Encyclopédique des Amusements des Sciences Mathématiques et Physiques. Il y découvre les rudiments de "l'escamotage", qui deviendra la "prestidigitation".
  • 8 juillet 1830 : Jean-Eugène Robert épouse Cécile-Eglantine Houdin. Le couple Robert-Houdin s'installe à Paris. A partir de ce moment, Robert-Houdin se consacre à l'étude de l'horlogerie, de l'électricité et à la construction d'automates, parallèlement à la prestidigitation.
  • 20 septembre 1837 : Premier brevet déposé pour une invention : le réveil-briquet.
  • 1er mai 1839 : La Pendule Mystérieuse rencontre un certain succès lors de l'Exposition des Produits de l'Industrie Franšaise.
  • 1er mai 1844 : Présentation de l'automate l'Ecrivain-Dessinateur, lors de l'Exposition Universelle. Louis-Philippe fait partie des admirateurs. La construction de l'automate aura nécessité presque deux années de travail, marquées par la mort de sa femme.
  • 3 juillet 1845 : 1ère représentation des Soirées Fantastiques, au Théâtre du Palais-Royal se trouvant 164 galerie de Valois.
  • 1845 - 1852 : Représentations à Paris et tournées, qui le mèneront entre autres devant la Reine Victoria, aux théâtre St-James de Londres.
  • 17 janvier 1849 : Il se rend acquéreur du "Prieuré" à Saint-Gervais, près de Blois.
  • 1850 : En été, au lieu de fermer la salle du Palais-Royal comme il était coutume de le faire à cette période, on continua à apposer des affiches dans Paris, et Pierre-Etienne Chocat (1812-1877), sous le pseudonyme de Hamilton débuta.
  • janvier 1852, Robert-Houdin cède définitivement son Théâtre à Hamilton qui a quarante ans et qui devient son beau-frère.
  • 14 septembre 1851 : Robert-Houdin présente, dans sa propriété, un éclairage à arc électrique de son invention
  • 1854 : Inauguration du nouveau Théâtre, 8, Boulevard des Italiens qui aura lieu à la mi-mars . Après une tournée triomphale en Belgique et en Allemagne, c'est Robert-Houdin en personne qui pour cette soirée exceptionnelle, donne le coup d'envoi à cette nouvelle salle et en profite pour faire ses adieux à son Théâtre et au public parisien, pour se consacrer à la science.
  • Octobre 1856 : A la suite de plusieurs demandes du Colonel de Neveu, chef du bureau politique d'Alger, Robert-Houdin se rend en Algérie avec sa seconde épouse. Sa mission consiste à opposer ses tours de "magie blanche" à ceux des marabouts kabyles qui représentent une menace pour les opérations de "pacification" de l'Afrique du Nord par les Franšais. Cette même année, une décision du Conseil d'Etat lui permit de joindre officiellement le nom Houdin, à celui de Robert. Dés lors ce double nom devint son nom patronymique, et l'état civil des enfants issus de ses deux mariages fut rectifié à l'effet de ce jugement. Après le succès sans précédent remporté en Algérie, Robert-Houdin peut se retirer définitivement dans son "ermitage" du Prieuré. Ses recherches concernent plus particulièrement le domaine de l'électricité et de l'ophtalmologie.
  • 1858 : Robert-Houdin devient membre de la Société des Sciences et Lettres du Loir-et-Cher " et collabore au " Grand Dictionnaire du XIXe siècle " pour les questions relatives à son art, jusqu'à la lettre D ", puis c'est la publication, en deux volumes, des célèbres Confidences d'un prestidigitateur. Une vie d'artiste.
  • 14 novembre 1869 : Robert-Houdin est élu à la Société des Gens de Lettre. Un de ses parrains, Jules Claretie, chargé d'instruire le dossier, écrivit dans son rapport " C'est l'Alexandre Dumas du tour d'adresse ".
  • 13 juin 1871 : Mort de Robert-Houdin, quelques mois après la tragédie de la perte de son fils Joseph-Prosper (1837-1870) pendant la guerre franco-prussienne.